Réflexions d'un entraîneur novice complétant sa 1re année sur demi-glace

Par -mercredi 20 Mar 2019

Article traduit et tiré du site web oilersnation.com – 12 mars 2019

La saison de hockey novice est sur le point de se terminer et c’était une première saison avec deux parties qui se déroulaient de façon simultanée en demi-glace pour les joueurs d’âge novice (7-8 ans).

Si vous ne connaissez pas certains détails des modifications apportées par Hockey Canada au jeu pleine glace au niveau novice en début de saison, voici les faits saillants.

Ces changements s’appliqueront à tous les joueurs novices du pays à compter de l’hiver prochain.

  • Format 4 contre 4. Chaque équipe envoie la moitié de ses joueurs à chaque extrémité. Elle joue contre une autre équipe qui fait la même chose.
  • Séquences de 90 secondes
  • Pas de mises au jeu
  • Les pénalités sont appelées mais aucun arrêt en jeu. Le joueur fautif reste assis après un changement de ligne.
  • Aucune statistique de match n’est compilée. Aucun classement n’est compilé. Environ 18 joueurs au même moment sur une demi-glace
  • Pas de gardien à temps plein

Le but de partager ma pensée n’est pas de vous faire changer d’avis si vous n’aimez pas la nouvelle façon de faire du nouveau format novice. En partageant mes réflexions, je veux simplement préparer ceux qui entrent dans le programme l’hiver prochain et aider ceux qui y participent actuellement. C’était nouveau pour tout le monde cette année et pour tout dire, j’aimerais savoir maintenant ce que je ne savais pas ou ne comprenais pas en septembre.

J’étais l’entraîneur-chef d’une équipe novice et l’assistant d’une autre pour cette première année dans le nouveau système. Nous avons eu la chance d’avoir beaucoup de parents engagés qui sont devenus des entraîneurs, des gestionnaires et des bénévoles. Cela fait une énorme différence!

Si votre enfant est impliqué dans un sport et que vous ne faites pas de bénévolat, prenez une seconde pour voir si vous pouvez aider d’une manière quelconque. Quand cela repose sur une personne ou un groupe, cela peut les épuiser et les amener à repenser leur engagement.

Alors par où commencer avec la première année de hockey novice demi-glace en tant qu’entraîneur / parent? Le format utilisé pour jouer des matchs sur demi-glace facilite énormément la tâche. Il n’y avait pas de gagnants ou perdants dans les matchs. Les enfants et les parents ont-ils gardé le score en tête? Probablement. Mais aucun site web nous rappelait quelle équipe gagnait ou perdait.

Sans gagnant, ni perdant, je pense que cela va changer toute la planification annuelle pour les entraîneurs. Dans le passé, avec les matchs complets sur pleine glace, il était évident qu’il fallait passer du temps sur les notions de sortie de zone ou d’échec-avant pour qu’il y ait un peu de structure dans un match.

Apprendre le dégagement et le hors-jeu était très important car ces règles étaient appelées et appliquées. Enseigner ces concepts à un enfant de 7 ans pouvait être difficile et prendre beaucoup de temps. Sans la nécessité d’aborder ces points de règlements, les entraîneurs peuvent maintenant changer leurs priorités.

Les entraîneurs peuvent désormais se concentrer à 100% sur le développement des joueurs. Cette idée de travailler sur des ensembles de compétences a soulagé les entraîneurs et leur a permis de se consacrer pleinement au développement des joueurs, ce qui, selon moi, devrait être notre centre d’attention à cet âge.

Maintenant, l’entraîneur ne doit plus se demander s’il fait les bonnes choses pour que son équipe gagne. Il peut se concentrer uniquement sur ce qu’il fait pour que les joueurs s’améliorent. Ensuite, les matchs deviennent une mise en scène afin que les joueurs démontrent l’amélioration de leurs habiletés.

NDLR: Pour les passages qui suivent, cet article tient compte de la réalité de l’Alberta. Au Québec, le programme MAHG (Méthode d’apprentissage du hockey sur glace) de Hockey Québec offre 20 leçons aux entraîneurs certifiés pour les joueurs et joueuses d’âge novice (MAHG 3 et MAHG 4) en début de saison via l’application ou le site web, ce qui se veut un atout indéniable pour nos entraîneurs. Les notions de progression et répétition sont au coeur du programme MAHG. Au Québec, le modèle de déroulement d’un match pourra varier quelque peu, mais les composantes générales demeureront les mêmes. Voir le guide d’opération du Programme novice demi-glace 2019-20 de Hockey Québec.

GUIDE D’OPÉRATION

Alors par où commencer avec un plan de pratique en demi-glace? Nous avons eu plus de pratiques que de matchs. J’adore ce ratio. En tant qu’entraîneur, je pense que les pratiques sont pour l’entraîneur et les matchs sont pour les joueurs. Si nous pouvons avoir des plans d’entraînement organisés et bien pensés, les joueurs auront du succès dans les matchs. Pas l’inverse.

Je crois qu’il devrait y avoir un modèle de pratique. En tant qu’entraîneurs, nous n’avons pas besoin de réinventer la roue de la pratique en pratique et proposer de nouveaux exercices tout le temps. Tout d’abord, il serait impossible de créer tous les nouveaux exercices pour les 30 pratiques.

Le groupe d’entraîneurs passerait beaucoup de temps à enseigner les exercices. Pour les joueurs, ce temps perdu signifie moins de temps pour faire les exercices. Les joueurs doivent également comprendre l’exercice avant de pouvoir réellement travailler sur l’habileté que l’exercice vise à améliorer.

Pour débuter la saison, tous les exercices et plans d’entraînement seront nouveaux pour votre équipe. Après un certain temps, tout le monde se familiarisera avec les exercices et comprendra comment vous voulez diriger la pratique. Les entraîneurs ne se sentent pas coupables d’utiliser le même plan de pratique pour les pratiques dos à dos.

Les joueurs profiteront beaucoup plus du deuxième patin en sachant à quoi s’attendre et les entraîneurs peuvent désormais consacrer plus de temps à l’entraînement des habiletés impliquées dans vos exercices plutôt qu’à l’entraînement.

Au fur et à mesure que votre équipe s’habitue à vos leçons, vous pouvez associer des exercices précédents à chaque entraînement afin que les joueurs puissent travailler sur leurs compétences de base. Puis introduisez de nouveaux exercices avec de nouveaux gestes techniques (un ou deux à la fois) pour continuer de défier vos joueurs.

Il devrait y avoir une structure de base à l’entraînement anticipée par les enfants. Je crois que les joueurs aiment la structure et prospèrent sous celle-ci (Demandez à un enseignant – ce sont eux qui m’ont mis la puce à l’oreille). Voici un exemple de ce à quoi chaque pratique peut ressembler. Les exercices peuvent varier d’une pratique à l’autre mais le modèle reste le même.

10 minutes… jeux en espace restreint

10 minutes… exercices de patinage

8 minutes… exercices de passes

Diviser la glace en quatre ateliers (quarts de glace). Le temps passé dans chaque atelier est de 7 minutes

A – Atelier de patinage

B – Atelier de maniement de bâton

C – Atelier de passes

D – Atelier de lutte pour la possession de rondelle

Au niveau novice, je me concentrais essentiellement sur le patinage et les passes. Je sais que je n’ai pas abordé les lancers, pas une seule fois. Mais rappelons-nous que les enfants tirent une tonne de rondelles quand ils sont sur la glace.

C’est le geste technique qu’on n’a surtout pas à demander à nos jeunes de faire. Avez-vous déjà vu un enfant sauter sur la patinoire, avec des rondelles à sa disposition, et décider plutôt de travailler ses virages brusques?

Je pense que si un joueur peut patiner et que les entraîneurs insistent beaucoup à l’entraînement sur le jeu de passes, il va finir par convaincre ses joueurs qu’ils améliorent grandement leurs chances de réussite et qu’ils hériteront de plus d’opportunités de tirer au filet.

Si vous passez beaucoup de temps à enseigner le tir et que vous ne faites pas assez de patinage et de passes, ils ne pourront jamais utiliser ce tir. Chaque exercice auquel je parviens se termine avec un tir au but. Cela amuse les enfants.

Je me fiche de la qualité du tir. Je me soucie des quatre virages serrés et des deux passes qu’ils exécuteront avant de pouvoir tirer. Ils travaillent sur les gestes techniques que vous voulez et ils ont toujours leur chance. Tout le monde gagne!

Les compétences en matière d’entraînement font partie intégrante du rôle joué par les entraîneurs, mais il est également nécessaire de travailler avec les joueurs pour qu’ils soient coopératifs. À la fin de la saison, sont-ils devenus de meilleurs joueurs de hockey et de meilleures personnes? Je parle de faire en sorte que les enfants écoutent l’entraîneur et vice-versa.

Pur ce qui est du respect, c’est un domaine que nous devons aborder davantage en tant qu’entraîneur et, franchement, c’est la partie la plus difficile.

Quand un entraîneur siffle, est-ce que tout le monde réagit pour se diriger vers lui? Lorsque l’entraîneur parle sur la glace, est-ce que tout le monde est agenouillé et regarde l’entraîneur? Quand il y a un changement de lignes, est-ce que les enfants poussent et poussent pour se diriger vers le banc des joueurs? Est-ce que les enfants se soutiennent ou s’éclipsent quand un jeu se déroule à proximité?

Ces qualités recherchées pour être un bon coéquipier sont quelque chose qui s’étendra à leur vie quotidienne, école et famille. C’est beaucoup de responsabilités pour un entraîneur, mais nous devrions favoriser le passage de nos joueurs vers l’entraîneur de la saison suivante en sachant que nous avons eu un impact positif sur eux en tant qu’individus.

J’ai adoré la formule demi-glace. Avec un alignement de 18 joueurs, les enfants étaient sur la glace très souvent. Chaque équipe habillait deux gardiens de but. Chaque équipe déléguait huit patineurs de chaque côté de la patinoire. Cela signifie quatre joueurs sur la glace et quatre joueurs sur le banc en rotation toutes les 90 secondes.

On constatait la fatigue des enfants au fur et à mesure que le match progressait. Personne ne se plaignait de son temps de jeu, sachant pertinemment bien qu’ils retourneraient sur la glace 90 secondes après l’avoir quittée.

La demi-glace est excellente pour le fait de toucher souvent à la rondelle. Les tirs sont fréquents et il est nécessaire de passer. Il est vraiment difficile de prendre possession de la rondelle et de déjouer tous les joueurs adverses en format demi-glace.

Les joueurs adverses sont toujours à proximité et capables de fermer l’espace plus rapidement que sur pleine surface. Cela donne aux entraîneurs une excellente occasion de prêcher le jeu de passes. Certes, ce n’est pas facile! Mais quand je vois quatre passes consécutives, c’est tellement beau que j’ai presque envie de pleurer!

En bout de ligne, le but premier du hockey est la recherche de plaisir. C’est pourquoi les enfants s’y inscrivent et c’est pourquoi nous l’enseignons. Nous ne pouvons pas oublier ça. Chaque entraîneur peut avoir sa propre façon de générer du plaisir. Vous devez trouver le vôtre. Je crois que les joueurs s’amusent quand ils savent qu’ils s’améliorent et touchent la rondelle dans les matchs. Concentrez-vous sur ces aspects et les sourires viendront!

Bonne chance la saison prochaine dans le nouveau format demi-glace!

Jason Strudwick
Entraîneur de hockey novice
Ancien joueur de la LNH ayant 674 matchs à son actif